L’influence méconnue des émotions et pensées négatives sur notre microbiote

Le lien entre l’esprit et le corps est un sujet fascinant et complexe. Alors que nous comprenons de plus en plus l’importance du bien-être et de la santé mentale, le lien, de plus en plus évident, émerge entre nos pensées, nos émotions et la santé de notre microbiote. Je vous propose d’explorer ici l’impact souvent négligé et délaissé des pensées et émotions négatives sur votre microbiote, cette population complexe de micro-organismes vivant dans notre intestin et faisant pleinement partie de nous.

La richesse de notre microbiote

Notre microbiote est composé d’une véritable population diverse et variée de bactéries, de virus, de champignons et d’autres micro-organismes résidant principalement dans notre tube digestif. Spécifiquement, nous sommes de composé de 10x plus de bactéries dans le corps que de cellules, alors que notre microbiote intestinale représente un volume de 1kg 1/2 à 2kg. Cette communauté, invisible à l’oeil nu, et complexe, joue un rôle essentiel dans notre santé globale, influençant tout, de la digestion à notre système immunitaire, notre concentration et notre moral. C’est vous dire son importance !

La connexion cerveau-intestin

D’importantes études confirment l’existence d’une véritable communication entre le cerveau et l’intestin,  que l’on appelle également l’axe cerveau-intestin.

Ce lien nous montre que nos pensées et émotions ne sont pas simplement présentes dans notre mental et nos ressentis, mais qu’elles exercent une influence directe sur les processus physiologiques de notre tube digestif et s’y logent à leur manière (ce qui nous permet de les ressentir d’ailleurs). Les neurones entériques, aussi appelés « deuxième cerveau », forment un réseau dense dans l’intestin et sont capables de fonctionner de manière autonome, mais aussi de recevoir des signaux du cerveau central.

Des études récentes ont révélé que le cerveau et l’intestin partagent des molécules de signalisation, notamment des neurotransmetteurs comme la sérotonine. La sérotonine, souvent associée à la régulation de l’humeur, est également présente en grande quantité dans le tractus gastro-intestinal, où elle influence la motilité intestinale et la sécrétion de certains types de cellules. Elle est d’ailleurs principalement produite dans nos intestins. Ainsi, les pensées et les émotions influencent la production et la libération de ces substances chimiques qui impactent directement le fonctionnement du microbiote et notre humeur.

En outre, le système immunitaire, dont environ 80% de celui-ci est localisé au sein même de l’intestin, est étroitement lié à cette connexion cerveau-intestin. Les changements dans l’état mental, tels que le stress ou la nervosité prolongé, affaiblissent le système immunitaire intestinal, créant un environnement qui favorisent les déséquilibres microbiens (Ph perturbé, etc.). Il est donc essentiel de considérer le microbiote comme un acteur clé de cette interaction complexe, agissant comme un médiateur entre les états mentaux et les réponses physiologiques.

Nos intestins contiennent à eux seuls la même quantité de neurones que le cerveau d’un chien. Et lorsque l’on observe la sensibilité et la réceptivité que les chiens ont, on ne peut qu’imaginer ce qu’il se passe dans notre ventre, sans que nous y fassions attention. 

Le stress et ses effets sur votre microbiote

Des études ont démontrés que les périodes de stress chronique changent la diversité et l’abondance des micro-organismes intestinaux. Le cortisol, une hormone du stress, peut altérer, à long terme, l’environnement intestinal, créant un terrain propice à des perturbations indésirables du microbiote.

Lorsque nous sommes exposés à des situations stressantes, notre corps réagit en libérant des hormones telles que le cortisol (hormone du stress). Ces hormones circulent dans notre système sanguin et impactent la sphère intestinale et modifient la perméabilité de la paroi intestinale.

Cette altération de la barrière intestinale permet à des substances potentiellement nocives, comme des bactéries et des toxines, de traverser plus facilement et de pénétrer dans la circulation sanguine. Ce qui créée un terrain favorable à des réponses inflammatoires et à des perturbations du microbiote.

De plus, le stress chronique va jusqu’à modifier la composition même du microbiote. Des études ont montré que des niveaux élevés de stress entraînent une diminution de la diversité bactérienne dans l’intestin. Certains types de bactéries bénéfiques peuvent être réduits, tandis que d’autres, potentiellement nuisibles en excès, proliférent.

Ces changements dans la composition et la fonction du microbiote ont des répercussions sur la digestion, l’absorption des nutriments, la régulation du système immunitaire et l’humeur. 

Comprendre cette interaction entre le stress et le microbiote montre l’importance de la gestion du stress pour maintenir une santé optimale. 

Les émotions négatives et l'inflammation

Les émotions négatives, telles que la colère, la tristesse et l’anxiété, ne sont pas simplement des états mentaux isolés, mais ont des répercussions profondes sur la physiologie de notre corps, notamment sur le déclenchement d’une réaction inflammatoire. Lorsque ces émotions perdurent, elles peuvent devenir des déclencheurs persistants d’une inflammation chronique, ce qui impact par effet de chaîne directement le microbiote.

Des études ont montré que les émotions négatives sont associées à une production plus importante de protéines qui régulent les réponses immunitaires et inflammatoires, les cytokines pro-inflammatoires. 

L’inflammation affecte également la barrière intestinale en augmentant sa perméabilité, phénomène connu sous le nom de « leaky gut ». Une paroi intestinale altérée permet à des molécules indésirables de traverser plus facilement, provoquant des réactions inflammatoires supplémentaires. Cela crée un cercle vicieux où l’inflammation intestinale et les émotions négatives se renforcent mutuellement.

Favoriser un microbiote sain

Il est clair que nos pensées et émotions jouent un rôle important dans la santé de notre microbiote, et par extension, dans notre bien-être général. En prenant conscience de cette connexion complexe, nous pouvons adopter de nouvelles habitudes de vie qui favorisent un équilibre harmonieux entre notre esprit et notre microbiote, et contribuer ainsi à une santé à la fois mentale et physique.

Heureusement, diverses outils contribuent à maintenir un microbiote équilibré, en atténuant les effets des pensées et émotions négatives. Outre le traitement du microbiote avec des antibiotiques et des probiotiques, l’exercice régulier, une alimentation équilibrée et des techniques de gestion du stress comme la méditation, l’hypnose émerge de plus en plus comme une approche évidente et complémentaire.

Lorsque l’hypnose est utilisée pour diminuer le stress et la gestion des émotions négatives et est associée à la nutrition, elle contribue à rétablir l’équilibre dans le microbiote de manière durable, favorisant un climat intestinal soutenant et protecteur.

La combinaison de pratiques telles que l’exercice physique, une alimentation équilibrée, la méditation et l’hypnose permet d’agir sur l’ensemble des piliers de la vie par une approche complète pour favoriser un microbiote sain. 

Marie JAGGI, février 2024

À propos Marie Jaggi

Thérapeute agréée depuis 2010, j'ai accompagné à ce jour plus de 2000 clients vers l'atteinte de leur objectif. Passionnée par mon métier, ma boîte à outils se compose des techniques suivantes: Hypnothérapie OMNI Nutrition spécialisée dans les troubles du métabolisme et comportement agréée ASCA Coaching personnel et professionnel ICF Education thérapeutique des patients atteints de maladies chroniques